17/02/2007

Bollywood, nous revoici!

Ayant accompagné Fujiko, de retour en Europe après ses vacances thaïlandaises, jusqu’à l’aéroport de Bombay où nous nous séparons, elle pour Bruxelles via Zurich, et moi pour la ville, je me retrouve bientôt, une fois passé les deux heures d’embouteillage sur l’autoroute à trois voies, devenues cinq par la force des choses, à nouveau dans mon hôtel à backpacker, à Colaba, me demandant bien ce que je vais faire de ce mois que j’ai encore à passer en Inde : changer d’enfer et aller visiter Calcutta ou New Delhi ? Visiter le Cachemire, là où c’est-y que Pakistanais, Indiens et peuplades non identifiées se tirent dessus, n’évitant pas toujours le voyageur innocent qui passait par là ? Aller au Népal ?

 

Il est deux heures du matin et je n’ai pas sommeil. Et puis, ça klaxonne toujours pas mal, ce soir, enfin, cette nuit, dehors.

 

Je me souviens alors de la proposition d’une journaliste qui m’avait suggéré de faire du cinéma, vu qu’on a toujours besoin d’étrangers, dans les films bolliwoodiens. Après tout, pourquoi pas… Qui sait, peut-être qu’une carrière intercontinentale m’attend là bas ? Il faudrait, pour cela, que je me laisse pousser la moustache, bien entendu. Mais, pourtant, dans les rôles de méchant, la moustache n’est pas obligatoire, je suppose…

 

On verra. J’ai toujours la carte de Mlle la journaliste et demain est un autre jour. Allons dormir. Une fois que je serai levé, dans quelques heures, Bollywoodje téléphonerai à la journaliste et, si elle se souvient de moi, on organisera quelque chose – ne serait-ce qu’une visite de Bollywood, qui doit être bien intéressante : à ce que je sais, il sort plus de film de Bollywood que des studios américains et européens combinés. Bon, il semble aussi que la qualité n’y est pas toujours.

13:02 Écrit par PGå dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cinema |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.