02/07/2006

Concernant l'histoire récente du Cambodge

... ah, et j'oubliais de dire: les responsables du génocide sont parmis nous. Dans un esprit de réconciliation nationale, le gouvernement en place a placé à des postes de responsabilité d'anciens chefs du gouvernement Khmèr Rouge.

 

Imaginons un instant, dans l'Allemagne de 1946, un Göring, ministre des transports...

 

On me répondra que l'Allemagne a fait exactement cela, de manière plus hypocrite, et c'est vrai; mais quand même...

 

Tout cela pour dire que le qualificatif de démocratie ne s'applique que difficilement au Cambodge.

 

Le seul Kmèhr Rouge qui ne pouvait bénéficier de la bonnasserie des nouvelles autorités, c'est bien entendu l'ancien Frère Numéro Un qui, au fond de la jungle où il se cachait, mollement poursuivi par l'armée cambodgienne, a crevé comme un rat.

 

En attendant, on a un petit peuple qui essaie de se remettre de la dictature de Pol Pot, et de cinq ans d'occupations viêtnamienne. Passés de l'an zéro socialiste, mythique et génocidaire, à l'écrasement de l'occupation militaire, et arrivés, du jour au lendemain, à la société de consommation, les Cambodgiens feraient n'importe quoi pour acquérir les objets désirables que sont voitures, téléphones portables ou bicyclette - et puis, tout simplement, ils peuvent avoir faim.

 

Usuellement poussés par leurs parents, les gosses mendient dans la rue, et les jeunes filles proposent leurs charmes. Ce qui, à Phnom Penh, fait office de Croisette, le long du Mékong, fourmille d'enfants prétendument orphelins, de jeunes mères ayant un, ou plusieurs, enfants à nourrir, et vendant des livres, des cigarettes, des journaux ou leur cul. Je leur offre des bonbons, pour leur changer les idées. Ils aiment bien, mais attendent toujours de l'argent. Ne jamais donner d'argent aux enfants; ce serait la meilleure manière de faire perdurer la mendicité. S'il faut à tout prix donner un cauthère sur la jambe de bois de la mendicité, mieux vaut alors donner aux ONG.

00:15 Écrit par PGå | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.